FAQ

Généralités

Est-il plus facile de prendre soin d’un poney que d’un cheval ?

Bien au contraire, un poney (même s’il est de stature robuste) demande au moins autant de soins et d’attention qu’un cheval. Beaucoup de poneys débordent littéralement d’énergie, veulent tout examiner et ont souvent tendance à mordre tout ce qui est à leur portée. En raison de leur caractère vif, il est important d’acheter un poney bien dressé ou de le (faire) dresser en connaissance de cause.

Que signifient les lettres A, B, C et D pour les poneys ?

Il existe quatre tailles de poneys : A (taille au garrot < 1,17 m), B (< 1,27 m), C (< 1,37 m) et D (< 1,48 m). Les poneys de taille D sont tellement grands que les adultes peuvent également les monter.

Quelle différence y a-t-il entre un cheval et un poney ?

La différence entre le poney et le cheval est avant tout une question de constitution et de taille, ce qu’on appelle la « taille au garrot ». Un poney est par définition plus robuste qu’un cheval, il nécessite donc moins de soins, atteint l’âge de 30 ans (même parfois 40) et a besoin de moins de nourriture. En raison de sa constitution (il est plus grand et plus fragile que le poney), le cheval vit en moyenne 20 ans, avec des exceptions pouvant atteindre 30 ans.

Quelle différence y a-t-il entre un cheval avec beaucoup de sang et peu de sang ?

En règle générale, un cheval qui a peu de sang est plus docile, conciliant et calme qu’un cheval qui a beaucoup de sang. L’indication de la « température du sang » n’a donc rien à voir avec le sang qui coule dans les veines du cheval, mais bien avec son tempérament.

Débuter

Combien coûte l’achat d’un cheval ?

L’achat d’un cheval varie de quelques centaines à … quelques millions d’euros ! Tout dépend de la race de l’animal.

Combien coûte l’entretien d’un cheval ?

Cela dépend de ce que vous faites vous-même et du type de cheval ou poney que vous avez. Comme pour tout autre animal, un cheval ou un poney coûte de l’argent. Il s’agit en outre d’un animal assez grand et parfois délicat. Les coûts peuvent donc grimper proportionnellement.

Je voudrais un cheval ou un poney pour mes enfants. Est-ce une bonne idée ?

Un cheval ou poney ne s’achète pas sur un coup de tête. Il s’agit d’animaux de grande taille qui nécessitent pas mal de temps et de soins. Vous disposez de peu de temps ? Dans ce cas, il ne s’agit pas de l’animal idéal pour vous, mieux vaut alors vous contenter de monter dans un manège. Retenez qu’un achat impulsif peut nuire au bien-être de l’animal.

Je souhaite apprendre à m’occuper de chevaux. Où m’adresser ?

Si vous ne savez pas grand-chose sur les chevaux, mieux vaut vous rendre dans un manège. Vous pourrez y prendre des cours d’équitation, ce qui constitue le meilleur moyen pour apprendre à connaître les chevaux. Vous apprendrez à monter, mais aussi à prendre soin de l’animal. Attention : ces soins vous demanderont pas mal de temps. Ce n’est pas rien, mais une fois que vous maîtriserez différentes techniques, le temps que vous passerez avec votre cheval sera un véritable moment de détente.

Quelles races de chevaux existe-t-il et laquelle choisir ?

Tout dépend bien sûr de ce que vous voulez faire avec votre cheval. Si vous cherchez un cheval « calme » à monter, choisissez un Hanovrien, un Haflinger ou un Fjord. Les cavaliers chevronnés opteront plutôt pour un Trotteur Américain, un Pur-sang Arabe ou Anglais, ou un Andalou. Tous les chevaux ne conviennent pas à toutes les activités (ils se sentiront donc mieux à faire ce pour quoi ils ont été élevés). N’oubliez jamais la règle de base : plus il a de « sang », plus l’animal est fougueux.

Soins

À quelle fréquence le maréchal-ferrant doit-il intervenir ?

Cela dépend de l’intensité des activités de votre cheval, mais partez du principe que le maréchal-ferrant doit intervenir 4 à 6 fois par an.

Comment se déroulent les soins quotidiens d’un cheval ?

Tôt le matin, il faut commencer par enlever le fumier du box, et donner à boire et à manger à l’animal. En journée, le cheval doit pouvoir faire de l’exercice au moins quelques heures par jour. Pour cela, il est mis en prairie lorsque le temps le permet. Monter l’animal quotidiennement est nécessaire, même si cela ne se fait pas toujours. Une autre option consiste à le faire « travailler » en piste à la longe. Une fois que le cheval a eu ses quelques heures d’exercice quotidien, il peut se reposer le reste de la journée dans son box. Le soir, il faut à nouveau le nourrir et éteindre les lumières du manège en temps et en heure afin qu’il puisse profiter d’une bonne nuit de repos.

Le cheval est-il un animal solitaire ?

Non, les chevaux sont des animaux grégaires. Ils ont besoin de contact et d’interaction avec leurs congénères, d’autres animaux et l’homme. Ne laissez donc pas un cheval trop longtemps seul en prairie, et si c’est vraiment nécessaire, mettez-y aussi de préférence un autre cheval, une chèvre ou un mouton

Mon cheval travaille uniquement sur piste, les fers sont donc superflus.

Oui, en principe, mais le parage des sabots est nécessaire ! Si votre cheval est en contact avec des routes goudronnées, les fers sont indispensables.

Un cheval doit-il vraiment faire de l’exercice tous les jours ?

Oui ! Un cheval qui, chaque jour, fait suffisamment d’exercice et reçoit des soins et de l’attention, est beaucoup plus calme qu’un animal qui doit contenir son énergie. Un cheval qui ne reçoit pas assez d’interaction, de récompenses et ne fait pas suffisamment d’exercice peut développer des tics ou un comportement indésirable. Votre animal a besoin de cette routine : exercice, attention, soins et interaction. Si vous enfermez votre poney ou votre cheval une journée entière, voire davantage, dans un box ou une stalle, il se sentira frustré. Veillez donc à ce qu’il ait ce dont il a besoin, que ce soit dans une prairie privée ou dans un manège.

Dois-je consulter un vétérinaire si je souhaite acheter un cheval ?

C’est effectivement une bonne idée. En tant que candidat acheteur, lorsque vous avez fait la connaissance de l’animal, l’avez monté pour le tester et êtes définitivement intéressé, mieux vaut faire appel à un vétérinaire et lui demander d’effectuer un check-up approfondi. Il vérifiera surtout le système locomoteur et la dentition, prélèvera généralement un échantillon de sang pour en vérifier les valeurs et, s’il s’agit d’un cheval qui se vend à un prix élevé, fera des radiographies.

De quels accessoires mon cheval a-t-il besoin pour pouvoir être monté ?

Prévoyez un licol, une longe, une selle munie d’étriers et d’une sangle, un tapis de selle, un bridon et de la graisse pour les sabots. Quant à vous, il vous faut une tenue adéquate, dont les principaux éléments sont des bottes, un pantalon d’équitation, une bombe et une cravache.

Sur le plan pratique, de quoi a besoin au minimum un cheval ?

Une prairie (au moins 18 m² pour les chevaux avec une taille au garrot de 1,5 m), une écurie ou un box. Recouvrez le sol de paille ou de copeaux. Vous devez également prévoir une mangeoire et un abreuvoir.

Quels vaccins sont nécessaires pour le cheval ?

En règle générale, le vétérinaire vaccine un cheval contre la rhinopneumonie , la grippe et le tétanos. Il vermifuge également l’animal.

Comment soigner la robe de mon cheval ?

Vous devrez régulièrement panser et brosser votre animal à l’aide d’une étrille et de différentes brosses (dures et douces) pour que sa robe reste soignée. Vous aurez également besoin d’un cure-pied pour déloger les petits cailloux et la terre, coincés dans les sabots. Il vaut faudra aussi une éponge (pour laver les naseaux, la bouche et les oreilles) et un couteau de chaleur, une espèce de raclette pour enlever l’excédent d’eau après avoir douché l’animal (avec ou sans shampooing).

Alimentation

Est-il vrai que les poneys sont souvent suralimentés ?

Oui, c’est juste. Et la suralimentation peut provoquer de dangereuses coliques. Pour un poney qui fait relativement peu d’exercice, du foin et de la paille suffisent. Vous devrez donc diviser en sections la prairie dans laquelle il paît au printemps et en été, afin qu’il ne mange pas trop.

Que mange un cheval ?

Le foin est indispensable dans l’alimentation du cheval, mais cela ne suffit pas, il convient aussi de lui donner des céréales. Il existe une très vaste gamme de céréales spécifiquement adaptées aux besoins énergétiques de l’animal, à son âge et même à son caractère. Offrez-lui également des carottes, des pommes et des snacks pour le récompenser ou le gâter. Vous pouvez également fixer dans le box de votre cheval un bloc à lécher contenant des vitamines, des oligoéléments et des minéraux. Cela aura aussi l’avantage d’occuper votre monture. Vous devez bien sûr prévoir de l’eau fraîche en suffisance.