Le vétérinaire

118367938

Généralement, le rôle du vétérinaire intervient après l’achat d’un animal, mais dans l’univers équestre, celui-ci intervient de plus en plus souvent avant l’acquisition du cheval ou du poney. En tant que candidat acheteur, lorsque vous avez fait la connaissance de l’animal, l’avez monté pour le tester et êtes définitivement intéressé, mieux vaut faire appel à un vétérinaire et lui demander d’effectuer une visite d’achat. Il vérifiera surtout le système locomoteur et la dentition, prélèvera généralement un échantillon de sang pour en vérifier les valeurs et, s’il s’agit d’un cheval qui se vend à un prix élevé, fera des radiographies. Vous ne procéderez à l’achat que lorsque les résultats de tous ces examens sont satisfaisants. Il est aussi parfois possible d’acheter un cheval à l’essai. Vous vous entendez alors avec le vendeur pour pouvoir « tester » le cheval pendant un mois contre une indemnité. Lorsque l’achat est définitivement conclu, les données figurant sur la puce (obligatoire !) de l’animal doivent être liées au nouveau propriétaire, c’est-à-dire vous.

Vaccinations

Le rôle du vétérinaire est donc tant exécutif que consultatif. Il vous expliquera ce qu’il convient de faire en termes de vaccinations (généralement contre la rhinopneumonie, la grippe et surtout le tétanos) et de vermifugation. Il peut également vous conseiller pour optimiser le régime alimentaire, etc. L’intensité du rôle que continuera à jouer le vétérinaire auprès de votre cheval dépend des activités que vous entreprendrez avec l’animal. Il est évident qu’un cheval avec lequel vous effectuez des promenades pépères court moins de risques de blessure qu’un animal avec lequel vous pratiquez un sport intensif. Un véritable cheval de concours devra bénéficier d’un suivi médical continu. Cela vaut d’ailleurs aussi pour les chevaux d’élevage dans certains haras. La Belgique en compte quelques-uns qui jouissent d’une réputation mondiale. (Voir aussi : « Le Budget ».)